L’histoire des lupins remonte aussi loin dans le temps que celle du régime alimentaire méditerranéen. Les lupins, ce sont des graines, cuites et saumurées, du lupin, une légumineuse du genre Lupinus qui fait partie des plantes cultivées depuis l’Antiquité.

Le lupin, comme ses consœurs les fèves ou les petits pois, est une plante herbacée qui peut atteindre 1,70 m de hauteur ; ses jolies fleurs blanches se transformeront en gousses, qui contiendront elles-mêmes les graines. Sa période de culture est d’environ neuf mois, peu ou prou celle de la grossesse chez les humains. Comme pour d’autres cultures, dont le blé, il faut attendre que la plante soit bien sèche pour la récolter.

ÉGYPTIENNES

De nombreux auteurs font remonter l’origine de la consommation des lupins jusqu’à l’Égypte ancienne.

GRECQUES

D’autres pensent qu’elles furent introduites depuis la Mésopotamie à l’époque gréco-romaine.

PHÉNICIENNES

Grâce aux Phéniciens, qui les ont transportées à travers toute la Méditerranée, différentes cultures les ont adoptées.

ROMAINES

Les Romains se servaient parfois de graines de lupin au lieu de pièces de monnaie ; il en est resté une expression espagnole, lupinus del mummus (« un peu d’or de comédie »).

AMÉRICAINES

Le lupin des Andes, ou « taroui », pousse aux Amériques. Là aussi, l’espèce fit l’objet de références depuis l’Antiquité, et notamment au Pérou et au Chili, où c’était un aliment de base.